A l’Assemblée, la parité qui avance ne peut occulter une lutte contre le harcèlement qui reculerait

Au lendemain des élections législatives, la parité avance dans l’Hémicycle, et c’est heureux.

Mais l’égalité entre les femmes et les hommes n’avance, on le sait, que si l’on s’y engage sur tous les fronts.

Les affaires de harcèlement sexuel et les échos réguliers de nombreux agissements sexistes avaient enfin conduit les responsables de la précédente législature à avancer sur le sujet. Le Cercle des Collaborateurs et Attachés Parlementaires (CCAP) s’est engagé pour soutenir une meilleure transparence et une meilleure prise en charge des cas de harcèlement sexuel dont peuvent être victimes principalement les collaboratrices de député.e.s, mais aussi les administratrices, hautes-fonctionnaires de l’Assemblée nationale.

Ce que nous constatons au début de cette nouvelle législature nous inquiète. Pendant de nombreux mois, le CCAP s’est battu pour améliorer la visibilité et la simplicité d’accès au dispositif de lutte contre le harcèlement et les agissements sexistes mis en place par l’Assemblée en 2013, à notre initiative.

Or, d’une part, nous constatons que cette visibilité a reflué ces dernières semaines. En l’occurrence, c’est la visibilité de l’espace d’information sur l’Intranet destiné aux collaboratrices.teurs et député.e.s, qui a reflué. Alors même qu’elle sert de première orientation en interne pour les victimes, que ce soit au palais Bourbon ou en circonscription.

Nous sommes surpris.e.s d’autre part que beaucoup d’actions déjà validées doivent à nouveau être soumises aux futur.e.s Président.e et Questeur.e.s de l’Assemblée. En adoptant le rapport du Déontologue en novembre 2016, le précédent Bureau de l’Assemblée avait de fait acté un certain nombre de décisions. Affichage de la loi et du dispositif dans les espaces communs et les bureaux des député.e.s, information – formation des collaboratrices et collaborateurs au palais Bourbon comme en circonscription : ce sont, entre autres, des sujets qui ne devraient pas être remis sur le métier, mais déjà transformés en actes. Sans compter les incertitudes sur le devenir du déontologue… Nos inquiétudes sont fondées, et légitimes.

Nous appelons dès maintenant et très solennellement les prochain.e.s responsables de l’Assemblée à agir avec clarté, détermination et rapidité. 

Certes la parité est fondamentale. Bien sûr, le statut des collaborateurs pour lequel nous nous battons et qui a une place dans l’espace médiatique ces jours-ci est indispensable. Mais à l’heure des choix et des symboles qui doivent être posés dès le début de législature, la lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes est un sujet fondamental : ne pas s’en occuper, c’est la faire reculer, et la faire reculer, c’est encourager de nouvelles affaires autant que le sexisme ordinaire. Nous en appelons à l’exemplarité.

Les collaborateurs et collaboratrices parlementaires engagé-e-s pour défendre les droits des femmes

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, nous nous sommes rassemblé-e-s – collaboratrices et collaborateurs des député-e-s de la majorité – pour défendre l’égalité entre les femmes et les hommes et dénoncer en particulier les écarts salariaux. A l’Assemblée nationale, les femmes représentent 60% des collaborateurs d’élu-e-s.

Organisée à l’initiative du Pôle Egalité et diversité du CCAP, nous nous sommes retrouvé-e-s pour une séance photo devant le Palais Bourbon et nous vous remercions d’être venus nombreux-ses!

Dans la ligne des actions du gouvernement pour la parité et l’égalité professionnelle, la ministre des droits des femmes, Najat VALLAUD BELKACEM, a apporté par sa présence son soutien à notre initiative.

Loin du rôle de « petites mains », nous sont pleinement engagé-e-s dans la vie politique. Travaillant aux côtés des élu-e-s, nous nous investissons au quotidien dans le travail législatif et nous souhaitons valoriser notre profession.

8 mars collaboratrices 28 mars mixte 18 mars collaborateurs 2

Crédits photos : Victor Pescheux

Egalité femmes-hommes, des avancées

Les député-e-s ont adopté en première lecture le projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes, la majorité parlementaire se prononçant massivement pour et l’opposition s’abstenant : 359 député-e-s pour, 24 contre, 161 abstentions.

Ce texte comprend de nombreuses avancées pour les droits des femmes notamment la lutte contre les violences, l’amélioration de l’accès aux postes à responsabilité, le renforcement des sanctions pour le non-respect de la parité ou encore la lutte contre la précarité dont le temps partiel subi est l’une des composantes.

Plus de 20 ans après la loi de 1983 d’Yvette Roudy sur la reconnaissance de l’égalité professionnelle, le texte vise aussi à renforcer les moyens d’actions pour parvenir à une égalité effective, à l’heure où l’écart salarial entre les hommes et les femmes est encore de 27% dans le privé et le semi-public.

Enfin, le projet comporte des dispositions visant à favoriser l’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle, en étendant certaines protections aux hommes et en les impliquant davantage. En 2013, l’INSEE indique, en effet, que seuls 12% des pères ont en effet modifié leur temps d’activité au-delà de leur congé de paternité.

En tant que salarié-e-s, collaborateur-rice-s d’élu-e-s, ces dispositions nous concernent et auront des effets sur nos droits. Continue reading

Etude sur le profil des collaborateur-ices

La nouvelle équipe du CCAP lance une étude sur le profil des collaborateur-ices de députés et leurs conditions de travail.

Un pôle « égalité » a aussi été créé pour rendre compte d’éventuelles discriminations subies à l’Assemblée nationale

Nous avons donc préparé un questionnaire anonyme que vous avez reçu par mail.

Nous attirons votre attention sur l’importance d’avoir le plus de réponses possibles à ce questionnaire. Plus les retours seront nombreux, plus nous aurons des statistiques précises à utiliser dans le cadre des négociations en cours.

N’hésitez pas à transmettre ce questionnaire à vos collègues en circonscription et à en parler autour de vous.

Nous vous transmettrons bien évidemment les conclusions de cette enquête.

Nous restons aussi à votre disposition pour toutes questions, revendications et témoignages.

L’équipe du CCAP